Crayonné #2 - Skyzocat

Il s'est passé un temps depuis notre dernier, mais aussi premier rendez-vous – si vous l'aviez raté, n'hésitez pas à jeter un œil ici –. J'ose espérer que vous avez su faire fructifier cette période par de jolies découvertes, ainsi que de bons moments. Quant à moi, j'ai eu la mauvaise idée de suivre un yordle déguisé en lapin jusque dans son terrier. Je me suis perdu dans une terre merveilleuse et hallucinée. Dites-vous : j'ai pris conseil d'une Nidalee apparaissant et disparaissant, ne laissant qu'un sourire énigmatique derrière elle ; pris le thé en compagnie de Caitlyn et de ses invités ; souffert du tabagisme passif d'un Kog'Maw légèrement toxicomane... Pour finalement m'être échappé du Château de la Reine de Cœur en compagnie d'Annie ! Non, non tout un périple ! Cependant, en guise de plaidoyer pour cette absence imprévue, je vous ai tout de même concocté un autre petit entretien.

En chemin, j’ai en effet eu la chance de pouvoir échanger quelques mots avec l'illustratrice Skyzocat. Et là, je vais vous dire : on ne plaisante jamais avec les personnes qui ont le bon goût d'apprécier l'univers de Frank Herbert. Non, qu’on se le dise, si à la fin de cet article, vous ne fleurez pas son talent, alors je promets de retourner demander à Ashe Reine de Cœur, une petite coupe... de cheveux.


Bonjour Skyzocat, peux-tu te présenter ?

Je m'appelle Marie alias Skyzocat, j'ai 24 ans, et j'étudie le Game Art à Supinfogame à Valenciennes. Je dessinais déjà toute jeune, mais cela fait seulement quatre ans que je travaille le digital painting et l'illustration de manière sérieuse, de manière à en faire mon métier.

J'aime les univers types gothiques et Dark Fantasy... Je pense qu'en terme de style, je suis encore en train de me chercher. Mais, j'aime les choses semi-réalistes, qui prennent des libertés sans pour autant se retrouver avec des anatomies complètement invraisemblables. Je suis assez classique du coup, je dois l'avouer. C'est aussi pour ça que les splash arts de League of Legends ont toujours su me fasciner. Je les étudie avec attention et les utilise souvent comme référence lorsque je peins, pour m'inspirer. Je crois que l'un de mes rêves secrets serait sûrement de devenir splash artist pour Riot Games (rires).


Je suis sûr que ça fonctionnera, nous te le souhaitons en tout cas. Comment es-tu arrivée sur League of Legends ?

À la sortie du jeu, mon petit frère s'est mis à y jouer avec un ami. Puis, à force de les voir jouer et insister pour que j'essaye, j'ai commencé et je n'ai plus jamais arrêté ! J'y suis presque tous les jours avec lui et quelques amis, depuis maintenant cinq ans. Mon personnage préféré est Lulu. J’adore le mélange entre son côté mignon et malsain… Et ses écureuils… Son rire… Et son chapeau !

Mais surtout, très vite, j'ai commencé à faire des fan arts. Le premier était à la sortie de Diana, parce que j'étais vraiment tombée amoureuse de la championne et de son histoire. Je me rappelle qu'à l'époque, j'étais même passée dans le Summoner Showcase présenté par Nikasaur. Elle s'était déguisée en Diana pour l'occasion ! Depuis j'ai fait du chemin et je continue toujours à faire quelques fan arts de temps en temps, lorsque le cœur m'en dit. J'avoue que j'ai beaucoup d'envies, mais le plus souvent peu de temps pour les réaliser...

(Ndlr : Nika « Nikasaur » Harper est une ancienne Community Coordinator. Elle a notamment animé une chronique sur youtube, le Summoner Showcase, dans laquelle elle présentait des créations de fans.)

Depuis, tu as dessiné de nombreuses autres choses... Mais je souhaiterais m'attarder une réalisation spécifique, si tu le veux bien. Dans le précédent épisode, j'avais déjà mentionné le grand concours Polycount, réalisé conjointement avec Riot Games. Il se trouve que tu as obtenu un prix. Peux-tu nous en parler ?

Alors, en octobre 2014, des camarades de classe m'ont partagé le lien vers le concours, c'est comme ça que j'ai appris. Au départ, j'étais un peu trop anxieuse pour participer, je craignais de ne pas avoir le temps de finir... Et puis c'était un concours de grande ampleur, avec des artistes professionnels, renommés qui participaient... Il fallait y poster son process assez régulièrement pour recevoir des critiques... Au final, j'ai réussi à surmonter ma timidité, et c'est une expérience qui s'est révélée très enrichissante !

J'ai participé dans la catégorie Illustration et une amie le faisait dans la catégorie Character Art, donc on se soutenait moralement toutes les deux. Et puis la communauté Polycount a vraiment été bienveillante. J'ai reçu des conseils très justes et utiles, ainsi que des encouragements qui m'ont permis de continuer malgré les petits coups de déprime.

Au final, quand j'ai reçu le mail de Riot un matin qui m'annonçait que j'étais parmi les trois premiers, j'étais vraiment choquée. J'ai fondu en larmes en vérité... En plein cours d'anglais (rires). C'est surtout que je ne m'y attendais pas du tout. Je n'avais même pas regardé les prix en détail et j'avais plutôt envisagé ce concours comme un challenge personnel : réussir une illustration complexe dans un temps imparti avec la volonté d'atteindre un niveau de finition professionnel. Ensuite, l'équipe de Riot a été très sympathique et nous a donné des retours vraiment intéressants et pertinents lors de l'annonce du palmarès, et j'ai pu dilapider mes Riot Points sans scrupules tout au long de l'année. Tout cela m'a permis de grandir en tant qu'artiste et d'avoir plus confiance en moi.


Les concours, lorsqu'ils sont gérés de façon bienveillante, comme tu le dis, sont souvent l'occasion d'échanges très gratifiants. J'espère qu'ils en organiseront d'autres de cette ampleur. Mais pour y revenir, est-il possible que tu nous expliques le cheminement nécessaire à la réalisation de ton illustration d'Annie ?

Mon fonctionnement a été classique. C'est, généralement, comme ça que je procède pour mes illustrations. Vous pouvez avoir un aperçu du processus ici.

Tout commence avec le choix du champion. Il m'en fallait un qui me plaise et avec lequel je puisse développer un univers intéressant autour (raconter une histoire importait pour le jury). Je souhaitais aussi en prendre un avec un splash art assez vieux ou qui ne me satisfaisait pas, de manière à l'analyser et y apporter ma touche personnelle, sans avoir à risquer de souffrir de la comparaison avec l'officiel. C’est donc tout naturellement que je me suis penchée sur Annie au Pays des Merveilles, étant fan à la fois de l’univers d’Alice et de cette petite pyromane en herbe. En effet, l’univers du Pays des Merveilles m’apportait une toile de fond, sur laquelle développer une histoire et un univers graphique. De plus, la relation entre Tibbers et Annie était aussi, à mes yeux, un excellent sujet supplémentaire à traiter.

J’ai ensuite commencé à faire des croquis, pour établir ma composition et voir comment j’allais faire passer l’histoire que je voulais raconter au spectateur. Ici, j'imaginais qu'Annie et Tibbers s'échappaient du château de la Reine de Cœur (je voyais assez bien Jinx tenir ce rôle, d'ailleurs) en brûlant et détruisant tout sur leur passage pour ne pas être en retard. J’ai donc essayé de faire une composition dynamique, pour faire passer le mouvement, et en contre-plongée pour mettre en valeur la puissance destructrice des deux personnages.

Ensuite, j’ai réalisé une ébauche et j’ai commencé à peindre, mais j'ai dû recommencer à plusieurs reprises. Les premières versions de mes schémas de couleur ne me satisfaisaient pas, et surtout, j'avais de grosses difficultés avec le visage d'Annie. Soit, il paraissait trop « âgé », soit trop... bizarre et glauque, comme une vieille poupée (eh ! C'était la première fois que je dessinais une enfant !). Enfin, grâce aux commentaires et avis des membres de Polycount, j'ai pu améliorer ma composition, jusqu'à la version finale.

Dernièrement, tu avais aussi participé à un projet entre illustrateurs amateurs et fan de League of Legends, pour lequel tu as produit une jolie Luxanna en maillot.

Oui, ma petite Lux en maillot de bain a été réalisée pour un fanzine tenu par mon amie Fai qui fait vraiment d'incroyables fan arts de League of Legends ! Je la suivais dans l'ombre depuis un petit moment sur Deviantart. Puis un jour, grâce au concours Polycount, elle a commenté un de mes dessins. On a alors commencé à se parler via les notes. Elle m'a rapidement proposé de participer, en compagnie d'autres artistes que j'admire, à son projet de fanzine sur le thème de l'été.

Le thème étant l'été, j'ai hésité longuement entre Leona et Lux. Et puis je me suis dit qu'une petite Lux en maillot de bain aurait quelque chose de rafraîchissant puisque Leona avait déjà son skin officiel. Je me suis amusée à faire cet artwork et je suis plutôt fière du résultat même si on ne devine pas toujours Lux au premier coup d’œil. J'ai choisi de la montrer dans un moment calme et quelque peu nostalgique, profitant gentiment du soleil... Peut-être avec un regard plus proche de celui de l'Ezreal amoureux que de celui d'un invocateur.


On sent que ton univers est effectivement beaucoup lié à la fantasy, et a souvent un certain lien avec le jeu vidéo. Comment t’est venu cet intérêt pour ce domaine précis, et quelles rencontres ça t'aura permis de faire ? J'ai cru comprendre que tu avais travaillé sur Evoland 2, par exemple ? C'est amusant, sachant que j'en parlais il y a très peu de temps avec un ami...

Alors... Je joue aux jeux vidéo depuis toute petite, et c'est un peu une histoire de famille ! Mon père est passionné d'informatique, on a donc toujours eu un ordinateur à la maison. J'ai pu m'y mettre dès que j'ai eu l'âge de tenir une souris en main. En plus de ça, il y a mon frère aîné qui a pu nous initier, mon petit frère et moi, aux jeux console. Et depuis, je ne me suis plus arrêtée, même si j'ai de moins en moins de temps à y consacrer avec les études et le travail en freelance à côté.

Question dessin, je me suis spécialisée dans le jeu vidéo, il y a maintenant un an et demi, et j'ai eu l'occasion de faire plusieurs stages en tant qu'artiste 2D dans des studios indépendants. Le premier, les Éditions Volumiques, où je m’occupais d'illustrer le plateau d'un boardgame interactif (World of Yo-Ho) et le second, en effet, chez Shiro Games où j'ai eu la chance, entre autre, de pouvoir travailler sur Evoland 2, pour lequel j'ai illustré les cartes à jouer.

A côté de ça, nous développons pour notre dernière année d'étude, avec six autres étudiants, un projet nommé Nejd. Il s'agit d'un jeu d'exploration où l'on doit développer un lien avec une intelligence artificielle pour pouvoir explorer le monde, le comprendre et résoudre des énigmes. J'y interviens en tant que concept artist, 3D modeler et texture artist, très polyvalente en somme. Je fais aussi du travail d'illustration en freelance pour des projets de jeu, de l'illustration de cartes au concept art, c'est assez varié.

Bah dis donc ! Ça te fait de quoi t'occuper dirait-on ! Je suis curieux d'en apprendre plus sur ce projet… Et il convient de sincèrement te remercier pour le temps que tu nous accordes. Merci beaucoup, Skyzocat. Souhaiterais-tu ajouter un petit mot pour conclure cet entretien ?

Eh bien, merci beaucoup à vous pour cet article, et merci aussi à tous ceux qui l’auront lu jusqu’ici ! C’était un réel honneur de pouvoir partager un peu de mon travail sur ce blog. J’ai hâte de voir les prochaines créations de fans et j’espère que vous me pardonnerez si je vous transforme en écureuil au détour d’un buisson, dans la Faille de l’Invocateur !

Oh, et… Si vous avez des questions, j’y répondrai avec joie dans les commentaires !



Pour suivre son actualité, voici quelques adresses à fréquenter :

Portfolio - Tumblr - Galerie DeviantArt - Galerie ArtStation

Partager
Signalé comme :
Offensant Spam Harcèlement Forum incorrect
annuler