Pourquoi nous ne vous croyons pas

Bonjour à vous! Si vous avez été redirigé sur ce sujet, c'est sans doute parce que vous n'avez pas été cru quand vous avez dit que LoL était plein de joueurs toxiques. Et le but de ce sujet est de vous expliquer pourquoi vous n'avez pas été cru. **tl;dr : Votre perception est biaisée, oui c'est la perception de tout le monde, même vous, moi, et votre voisin. La théorie ET la pratique sont en désaccord avec votre perception, même dans les pires cas.** C'est vrai après tout : C'est votre perception. Alors peut-être que il y a un peu d'exagération quand vous dites que toutes vos parties sont absolument horribles à cause des flamers, mais il y a bien au moins la moitié des joueurs qui ont été des connards finis dans vos games, n'est-ce pas? C'est en tout cas ce dont vous vous rappelez, et autant vous pouvez ne pas vous rappeler de choses qui se sont réellement produites, autant ce dont vous vous souvenez, c'est bien arrivé, non? Non. Mais, beaucoup de gens pensent comme moi, beaucoup de personnes ont les même souvenirs que moi, au bout d'un moment, ce serait quand même bizarre que ce soit faux malgré tout ça? Non. Ce serait loin d'être bizarre. Et il y a trois raisons qui nous amènent à penser que ce dont vous vous souvenez est faux. **_*~~1. Les biais cognitifs~~*_** Le cerveau humain est une machine étrange et bizarre et qui est le résultat de millions d'années d'évolution... Qui ne sont pas toujours positives. C'est là qu'interviennent les biais cognitifs. Derrière ce terme complexe se cache une idée simple : Notre cerveau a parfois besoin de réfléchir vite, notamment pour traiter rapidement les urgences. Ce qui implique qu'il doit prendre des raccourcis. Et bien un biais cognitif, c'est quand ce raccourci nous fais prendre un mauvais chemin. Ce sera peut-être plus facile avec un exemple. ***** Imaginons. Vous jouez en midlane, côté bleu. Vous jouez Veigar contre Aurelion. La lane se passe bien, vous stackez un peu, tranquille. On en est à 8 minutes, toujours pas de first blood, toutes les lanes sont à peu près équitables. Vous voyez Aurelion back, vous estimez vite fait qu'il va acheter son Catalyste + bottes. Du coup, vous pushez la wave (Ce con qui back en laissant un sbire canon mdr), et vous backez à votre tour pour reprendre du mana et acheter votre Chapitre perdu, vos bottes, et vous avez même juste assez pour acheter une red ward. Soudain, vous entendez "FIRST BLOOD", et voyez que le Nasus adverse vient de tuer votre Riven, celle-ci ayant overextend, elle s'est bien évidemment pris un gank de Elise, plus Aurelion qui est arrivé avec son E. Pour vous, c'est clair : C'est de sa faute, elle a overextend face à un Aurelion. Fast-forward 5 minutes plus tard. Riven et vous avez swap suite à la destruction de la T1 par le Nasus. Vous êtes au milieu de la lane, et par sécurité vous mettez une ward dans le bush de la rivière et gardez un oeil sur le Aurelion au cas où il viendrait avec son E. Mais la Elise est passée par le tribush de votre jungle, et le Nasus arrive par la rivière, impossible de fuir par la tour adverse parce que elle fait mal SA MERE LA SAL\*PE. Du coup vous mourrez. Ce n'est pas de votre faute, après tout vous ne pouvez pas ward partout, vous êtes limités. Pourtant, si on regarde les faits, vous avez fait la même erreur que Riven 5 minutes plus tôt : Vous avez overextend sans avoir la vision. Votre façon de voir la chose a été affectée par le fait que le sujet a changé. C'est un biais cognitif que l'on appelle "l'erreur ultime d'attribution". En gros, lorsque vous (ou quelqu'un de votre groupe) fait une mauvaise action, on sous-estime les paramètres internes (C'est intrinsèquement une mauvaise personne) et on surestime les paramètres externes (c'est l'autre qui l'a bien cherché, c'est une mauvaise journée, etc.). Par contre, lorsque c'est un autre que vous (ou quelqu'un d'extérieur à votre groupe, comme un random que vous rencontrez sur LoL par exemple), on surestime les paramètres internes et on sous-estime les paramètres externes. Et bien sûr l'inverse quand il s'agit d'une bonne action. Après, peut-être que vous avez raison quand vous dites que la mort de la Riven est de sa faute. Mais dans ce cas là, c'est aussi de votre faute si vous êtes mort plus tard. Et si c'est pas de votre faute que vous êtes morts, mais parce que vous pouvez pas ward partout et tout le temps, c'est pas de sa faute non plus si elle est morte, sa ward a un CD. (Notez d'ailleurs que c'est ce même biais qui rentre en jeu quand quelqu'un dit "J'ai été ban parce que j'ai répondu à des gens méchants alors que moi j'ai pas été méchant") (Petite note pour ceux qui sont chaud : Oui, je sais que le biais d'autocomplaisance entre également en jeu ici.) ***** Voilà, un biais cognitif c'est ça . C'est un truc qui n'est pas vrai, mais que votre cerveau vous fait croire est vrai et logique. Bref, quel est le rapport avec ce que je veux dire? Et bien il y en a plein qui rentrent en jeu. Tout d'abord, le biais de négativité. Il s'agit d'un biais qui fait que notre cerveau se souvient plus facilement d'un évènement négatif que d'un évènement positif. Par exemple, si vous prenez votre train 6 fois par semaine, et que le premier jour il arrive en retard, il faudra qu'il arrive à l'heure tout le reste de la semaine pour que vous ayez l'impression qu'il n'arrive à l'heure que la moitié du temps. C'est pratique pour se souvenir que tel ou tel aliment nous rend malade, mais quand il s'agit d'avoir un regard objectif sur la toxicité d'un jeu... Et c'est encore empiré par le biais de confirmation. C'est un biais qui renforce les confirmations des idées que l'on a déjà, et réduit les réfutations. Si vous croyez que la [Terre est plate](https://i.pinimg.com/originals/fc/55/f2/fc55f2afe7236994b654804f46636a72.png), et qu'on vous présente une preuve complètement débile qu'elle l'est, vous allez l'accepter immédiatement, tandis que vous allez rejeter toute preuve qu'elle est sphérique. Ou, sur LoL, si vous pensez que la communauté est toxique, vous allez amplifier les effets qui prouvent que vous avez raison, et réduire les effets qui prouvent que vous avez tort. Combinez ça avec le précédent, et vous avez déjà une petite idée de pourquoi c'est une idée très très tenace. "Mais", vous allez me dire, "ce n'est pas parce que j'ai plus souvent l'impression de passer des games toxiques que je pense que tous les joueurs des games toxiques sont toxiques!", et détrompez vous! Parce que ça c'est le biais de représentativité. En gros, vous portez un jugement sur toutes les personnes d'un groupe (par exemple, au hasard, les joueurs d'une partie) en vous basant sur un échantillon non représentatif mais qui a l'air plus important. Autrement dit, vous jugez "Les randoms avec vous dans la game" comme "Le toxique qui est le seul à avoir parlé mais qui a gueulé fort". Ou, de façon plus exacte, vous avez un joueur toxique dans la partie, qui vous fais passer une mauvaise partie, et quand vous vous rappellerez de cette même partie à l'avenir, vous vous en souviendrez comme d'une mauvaise partie et ferez passez tout les joueurs qui n'étaient pas spécialement positifs pour des joueurs toxiques. Maintenant, combinez les trois biais. En admettant que vous jouez en solo, vous croisez 4 personnes par parties. Lorsque AU MOINS une d'entre elle est toxique (ce qui arrive souvent, même avec un taux de personne toxiques dans la communauté faible, on y reviendra plus tard), vous voyez 4 personnes toxiques et 0 positives. Et lorsque personne n'est toxique dans la partie, cet évènement est réduit par le biais de négativité (vu que ce n'est pas un évènement négatif), et ENCORE réduit derrière par le biais de confirmation. Au final, une seule personne toxique peut avoir la même place dans votre cerveau que 50 personnes (chiffre sorti de mon Rabardon) non toxiques. Et ajoutez tout ça au biais suivant. Le biais de conformisme. Qui consiste à avoir tendance à penser et agir comme les autres le font. Si vous voyez beaucoup de personnes agir d'une façon, à moins que votre pensée soit profondément ancrée dans votre esprit, vous aurez tendance à suivre votre groupe proche. Si votre groupe proche vous dit "Il y a plein de toxiques dans le jeu", vous êtes plus susceptible de le penser. Il suffit de voir la fameuse expérience des traits. Pour ceux qui ne la connaissent pas, voici un résumé : On place dans une pièce 10 sujets, auxquels on fait croire qu'il s'agit d'un test de discrimination visuelle, dont l'exercice est simple, d'un côté d'un tableau, il y a une barre, de l'autre, il y a trois barres, il faut dire à voix haute laquelle des trois barres correspond à celle isolée. Sauf qu'en réalité, tous les candidats sauf un (le vrai sujet de l'expérience) sont des complices. Et le vrai sujet de test se retrouve toujours dans les derniers. Le test se déroule normalement, les complices donnent la bonne réponse... Puis au bout d'un moment, ils se mettent tous à donner une mauvaise réponse, tous la même, alors que la vraie réponse est évidente. Dans un tiers des cas, le sujet du test se conforme à la mauvaise réponse du groupe. Réponse qu'il sait pourtant qu'elle est mauvaise. Et d'après le sujet de l'expérience quand on l'interroge, pour lui, il a toujours donné la bonne réponse. Le biais de confirmisme, c'est ça. Et au vu du nombre de personnes qui se plaignent des joueurs toxiques... Et juste pour ajouter encore plus au biais précédent, il y a le biais de faux consensus. Qui consiste en gros à penser que les autres sont plus d'accord avec nous qu'ils ne le sont réellement. C'est ce qu'il se passe dans les sectes notamment, c'est pour ça qu'un gourou sectaire vous dira "N'écoutez pas ceux qui sont à l'extérieur, n'allez pas leur parler", parce qu'ils savent qu'en faisant ainsi, vous êtes enfermés dans une chambre à écho qui vous fait croire que tout le monde est d'accord avec ce qu'ils disent. Et c'est ce qui se passe encore plus quand vous restez dans votre bande de potes à faire un circlejerk sur une idée fausse. Et enfin le dernier que je vais présenter, celui qui se passe quand vous postez votre sujet, le biais de la disponibilité en mémoire, qui fait en gros que plus un évenement est récent dans votre mémoire, plus vous le considérez probable (parce que oui le cerveau a beaucoup de mal avec les probabilités du coup il se débrouille comme il peut le pauvre). Généralement, quand vous venez poster un sujet pour vous plaindre des toxiques, c'est que vous venez d'en croisez un, et à cause de ce biais, vous les percevez comme plus fréquent qu'ils ne le sont réellement. VOILA :D **En bref, votre cerveau peut vous jouer des tours**. Donc déjà, rien que ça explique pourquoi c'est difficile de vous croire sur la seule base de votre témoignage, tout simplement parce qu'il a de fortes chances d'être biaisé. Même si vous arrivez à échapper à un ou deux de ces biais, il est très peu probable que vous échappiez à tous suffisamment pour avoir un avis objectif. Mais, si c'était tout, ce serait un peu faible, n'est-ce pas? Parce que oui, il y a d'autres choses. **_*~~2. La théorie~~*_** Ce que j'appelle théorie c'est tout les calculs, fait en amont, qui permettraient d'expliquer quelque chose sans avoir été mis en pratique (je précise juste pour éviter la confusion avec d'autres sens du mot "théorie") Déjà, il faut savoir à quelle question on veut répondre. Est-ce qu'on veut savoir la proportion de parties qui se déroulent bien, ou la proportion de joueurs toxiques dans le jeu? Au vu de la plupart des sujets se plaignant de "la communauté", des "joueurs", etc., je dirais que la réponse la plus "voulue" est la seconde. Qui est de toute façon liée à la première. Pour la première partie de la théorie, permettez moi de vous présenter l'expérience d'un membre totalement génial mais néanmoins fort humble, que vous pourrez retrouver [ici](https://boards.euw.leagueoflegends.com/fr/c/comportement-des-invocateurs-fr/8tpa0Kxx-statistiquesdaoterminer-le-pourcentage-de-toxiques-gracce-aux-sujets-qui-sen-plaignent). Elle part d'un constat simple : Lorsqu'une personne vient sur un sujet pour se plaindre d'avoir eu des flamers lors de plusieurs parties à la suite, ceux ci se plaignent généralement d'en avoir eu 3 ou 4 à la suite. En partant de là, il va faire plusieurs hypothèses sur la proportion de flamers dans la jeu. Il va partir de l'hypothèse que 80% des joueurs du jeu sont toxiques, et va également faire l'expérience pour 20%, 10%, 5%, et 1% des joueurs, simuler des millions de parties grâce à un programme, et comparer les résultats du programme avec le constat qu'il a fait plus haut, pour voir lequel est le plus probable. D'après ses conclusions, la probabilité qu'un joueur pris au pif soit toxique dans la prochaine partie qu'il joue (qui est celle dans laquelle vous le croisez) est autour de 3 ou 4%, pas plus de 5% en tout cas. Cependant, il est possible de critiquer un peu cette expérience : Déjà, à quel point peut-on faire confiance aux joueurs se plaignant pour savoir combien de parties à la suite avec au moins un flamer a-t-il eu? Après tout, d'après des recherches récentes, le cerveau ne sait compter qu'avec trois chiffres : 1, 2, et beaucoup. Ensuite, si vous essayez de constater vous même ce qu'il a constaté, vous verrez que c'est impossible de trouver des sujets avec des personnes se plaignant de flamers en terme de "à la suite". Peut-être que ça veut dire que les chiffres ont changé, mais est-ce en bien? Impossible de savoir. Enfin, il ne faut pas oublier que l'on ne peut pas faire confiance à un joueur pour savoir ce qui est toxique ou pas : Pour certains, le call report n'est pas toxique, tandis que mal jouer l'est. Est-ce que certaines séries de flamers se seraient interrompues par un comportement toxique mais jugé innocent par le joueur? Mais l'expérience reste intéressante pour montrer que si seul un joueur sur 20 est toxique dans la partie où on le croise (c'est à dire pas forcément toxique de façon fréquente!), une partie sur 5 se passe mal, affectant énormément notre perception, et faisant passer ces joueurs au niveau de "majorité" selon la perception de certains, alors que, si seuls un joueur sur 20 est un élément à problème, j'ai envie de dire que c'est plutôt signe d'une bonne communauté. Une seconde partie de la théorie nous est présentée par Lyte, ancien maître en communication de l'équipe PBJ (Player Behaviour and Justice, "Comportement des Joueurs et Justice") de Riot, celui ci a donné, il y a un moment déjà, quelques éclairages sur la façon dont Riot abordait les problèmes de comportement, notamment dans une conférence, dont vous pourrez retrouver un résumé ici : http://forums.euw.leagueoflegends.com/board/showthread.php?t=1220802 . Dans cette même conférence, il explique que, avec 5 joueurs normaux, non-toxiques habituellement, les parties se passent très mal pour les 5 personnes dès qu'une seule d'entre elle a un mauvais jour. Autrement dit, ce que Lyte cherche à dire, c'est "Ce n'est pas la communauté de LoL qui est plus toxique qu'une autre, c'est l'être humain qui est fait comme ça, parce qu'il est humain et qu'il est sensible à ce qui l'entoure, et c'est souvent la combinaison des mauvais jours qui font la plupart des parties toxiques". J'aurais bien rajouté les chiffres officiels, mais je n'ai pas réussi à trouver une éventuelle source de ces chiffres. C'est balot. **_*~~3. La pratique~~*_** Peu d'expérience pratiques ont été menées, notamment en raison du nombre élevé de parties à faire pour que l'expérience soit crédible (Allez, 100 parties de 30 minutes, ça fait environ 50 heures de jeu, à prendre des screenshots de tout ce qu'il s'est dit à chaque partie). Cependant, un membre, Philidia, a [fait un suejt](https://boards.euw.leagueoflegends.com/fr/c/comportement-des-invocateurs-fr/svPWvN0b-atude-sur-les-systaomes-de-sanctions-par-philidia) dans lequel il présentait des expériences qu'il a fait pour juger le système de sanction. Pour ce faire, il a fait une expérience en classée pour essayer de se faire condamner à tort. Ca lui a pris 31 parties, pendant lesquelles il a noté l'ambiance de ces 31 parties. D'un point de vue statistique, c'est peu, mais c'est déjà ça. Et sur les 31 parties, 29 n'étaient pas en remake, et parmi celles-ci, 13 avaient une ambiance négative ou très négative, soit environ 45%. Et si vous avez lu le sujet statistique que j'ai donné dans la première partie de la théorie, vous savez que s'il y a 10% de flamers, on tombe sur 39% de chance d'en avoir au moins un dans une partie. Même si j'ignore si l'ambiance incluait le /all, cela veut dire qu'en ranked, au niveau environ argent, il y a un peu plus de 10% des flamers. Je vais le mettre en gras pour que ça rentre bien. #_***~~Dans le mode de jeu le plus compétitif, dans le palier le plus peuplé, un joueur sur 10 environ est toxique~~***_ EDIT : Et je viens même de me rendre compte d'un truc : Ce "Un joueur sur 10" se base UNIQUEMENT sur les parties où Phili les a croisé... Autrement dit, il serait même plus correcte de dire "Un joueur sur 10 environ est toxique dans la partie où vous les croisez!" Alors, oui, ça veut aussi dire qu'une partie sur 2 environ se passe mal. Mais ça veut surtout dire que la communauté de LoL, dans son ensemble, a AU PLUS un membre sur 10 qui est toxique. Donc, non, la communauté n'est pas toxique. Bref, nous avons ici un sacré éventail de raisons de ne pas vous croire quand vous nous dites "La communauté de LoL est toxique". Beaucoup de parties se passent mal? Oui, je suis d'accord. Beaucoup trop à mon goût. Est-ce que Riot pourrait faire plus? Sans doute. La communauté de LoL est toxique? Non.
Partager
Signalé comme :
Offensant Spam Harcèlement Forum incorrect
annuler