Gabriel, enfant d'une terre en colère.

**PROLOGUE :** Tout commença par une relation passionnelle et amoureuse entre Lorhndon et Lissandra. Bien avant qu'un autre monde menace de tout détruire. Lorhndon, un jeune homme avec des valeurs, doté d'une grande force, qui en fait trembler quiconque qui ose se mettre à travers de son chemin, mais derrière ça, se cache un cœur tendre et sensible. Une coiffure, d'une noirceur hors pair, c'est ce qu'a vu en premier Lissandra, une jeune femme avec un teint parfait et des cheveux blancs comme neige. Ils se rencontrèrent d'une manière... Peu ordinaire. Un jour, Lorhndon tomba extrêmement malade, durant des mois et des mois en ayant un état qui s'aggravait de jour en jour. Aucun médecin n'a pu le guérir, comme si une malédiction c'était abattue sur lui. Lissandra, faisant route avec ses sœurs à la conquête de territoires à Freljord, passèrent non loin du village natale de Lorhndon et entendit les rumeurs d'un homme inguérissable. Intriguait, elle décida d'aller voir cet homme. Elle se prétendit médecin auprès de sa famille et s'approcha de lui et l'examina tout en gardant une légère distance. "Je peux te guérir, mais en contre partie, tu devras rejoindre mon armée et combattre à mes côtés." Dit-elle d'un ton sûr et direct. Lorhdon d'un air moqueur répondit : "Vous pouvez toujours essayer, mais s'il vous plaît, je ne veux plus aucun traitement à la plante Silene Stenophylla, je risque moi-même de devenir une plante." Lissandra posa ses deux mains sur le corps musclé de Lorhndon et ferma les yeux et se concentra d'une telle force, qu'on pouvait penser que plus rien ne peut la déstabiliser. "C'es... C'est froid..." Dit Lorhndon. Un bref instant après, Lissandra se leva. "Alors ? Acceptez-vous de vous battre à mes côtés ?" Dit-elle d'un ton cocasse et hautain. Lorhndon confus, remarqua qu'il ne toussait plus, que ses plaques rouges sur le corps avait disparu et que sa fièvre avait considérablement baissé. "Heu... Oui, ... Oui, j'en suis." D'une voix hésitante et d’un regard qui laisse paraître une incompréhension totale. C'est à ce moment propice que naquirent un amour glacial, le tout suivi de victoires sur les champs de bataille. Le temps passa et Lorhndon ne cessa de surprendre Lissandra avec ses compétences de combat, jusqu’à en devenir son conseiller de guerre. Un rôle qui lui permit de pouvoir assister aux réunions des trois sœurs accompagnées par d’autres chefs de guerres. Une première réunion eue lieu pour Lorhndon, ce dernier arriva en retard, à son arrivé, il vit pour la première fois Serylda et Avarosa, dont l’une est muette et l’autre sourde, des comtes racontent que la cause de la perte de l’un de leur sens, est dû au fait qu’elles ont défié les dieux. Au moment de son arrivé, les trois sœurs avaient l’air d’être contrariées et en désaccord. La réunion se termina sous un climat tendu. Lissandra fit part de ses soucis à Lorhndon, s’en suit d’une soirée mouvementé entre eux. Plusieurs semaines après, on apprit que Lissandra était tombé enceinte et qu’à notre connaissance le père était Lorhndon. Si heureuse de cette nouvelle, Lissandra enchaîna les combats de territoires avant d’être dans l’incapacité de combattre pendant un moment. Face à toute cette arrogance, Lissandra perdit la vue. À l’heure actuelle, personne ne sait comment ce tragique événement est arrivé, Lissandra refusa pertinemment de s’exprimer sur ce sujet. Toujours enceinte, Lissandra finit sa grossesse aveugle, avec cet horrible sentiment de ne jamais pouvoir à quoi ressemblera son enfant. Rongé par cet handicape, Lissandra jura de former son enfant comme la plus grande arme de cette terre, que son enfant sera celui qui la vengera de ce malheur et réalisera tout ce que sa mère n’aura pas pu réaliser à cause du fait qu’elle soit aveugle. Durant sa grossesse, Lissandra s’imagine la manière dont elle pourra enseigner à son futur enfant l’art de détruire un monde. Toutes ces idées sombres déplaisent très fortement à Lorhndon. Il ne voulait pas de cette vie pour son enfant, mais surtout d’un monde rempli de chaos et de désespoir. Plus les jours passés, plus il voyait sa femme s’assombrir dans les ténèbres et la folie. Il comprit très vite qu’il va devoir agir en conséquence, pour le bien de son enfant. Le moment de l’accouchement arriva, il dura plus de trois heures. « C’est un garçon ! » S’exclamèrent les serviteurs. « Donnez-le-moi...» Demanda Lissandra d’un air essoufflé. « Je ne te vois pas, mais je sens ton petit cœur battre, nous allons accomplir tellement de choses ensemble. » Suite à ces paroles Lorhndon savait pertinemment qu’il devait éloigner l’enfant, son enfant de Lissandra. Mitigé sur le sentiment de joie d’avoir un enfant et de peur de voir son garçon grandir auprès d’une mère instable. Il avait encore des hésitations sur ce qu’il devait faire. 3 mois passèrent après l’accouchement, le nom n’a toujours pas été choisis pour l’enfant comme le veulent les traditions Freljordienne, attendre 1 an avant de donner un nom à un nouveau-né. Lorhndon entendit une malheureuse conversation entre Lissandra et son bébé, parlant d’un Néant et d’une destruction massif d’un monde avec des veilleurs, dont ils en seront les dirigeants, elle et son fils. Suite à ça, Lorhndon n’hésita plus, il était désormais persuadé de ce qu’il devait faire, éloigner son garçon de cette sorcière de glace. Durant une nuit, où Lissandra dormait profondément, Lorhndon enroula son fils dans une laine de Yéti et part de la chambre de glace le plus rapidement et discrètement possible. Tout se passa comme prévu jusqu’à que l’enfant se mette à pleurer et attire les serviteurs de glace. Repérez avec l’enfant de Lissandra dans les bras, les serviteurs sonna l’alarme de glace qui alerta toute la forteresse, Lissandra se réveillant en sursaut, ne sent plus la présence de son fils et Lorhndon dans la pièce. Dans un mouvement de précipitation, Lissandra se fond dans la glace de sa forteresse pour rejoindre l’endroit où elle entendit les pleures de son enfant et sort du sol tel une sorcière enragée. « Lorhndon ?! Que fais-tu ? » Cria Lissandra. « Je donne un meilleur projet de vie à notre fils Lissandra. » Dans une totale incompréhension, Lissandra donna l’ordre à ses serviteurs d’arrêter Lorhndon sans blessé son fils. Lorhndon met sur son dos son fils, à l’aide d’un sac fabriqué à l’avance avec des cordes et draps, puis dégaina son épée. « Prépare-toi, tu vas vivre ton premier combat » S’adressant à son fils et voyant son bébé lui faire un léger sourire. Cette image rendra plus fort que jamais Lorhndon. D’un seul coup d’épée, il trancha la tête de trois serviteurs. Lissandra furieuse, décide de passer à l’acte. Elle jeta des projectiles de glace, Lorhndon en détruit quelques-uns avec son épée, mais Lissandra continue de lui en envoyer. Ne savons plus où donner de la tête, Lorhndon décide de prendre la fuite. « Stop ! Ne tirez plus vous allez blesser mon fils. Abaisser les barrières de glace magique ! Je ne veux pas qu’il s’enfuît ! » Lorhndon courra le plus vite que possible, car il savait très bien que les barrières de glace de Lissandra étaient indestructibles. Il court donc tout en tranchant ses ennemis, il s’approcha de plus en plus de la porte. « Dépêchez-vous !! » Cria Lissandra, qui jette des projectiles de glace pour gêner Lorhndon dans sa course. Ce dernier arrive à la porte qui est quasiment fermé, mais assez grande pour pouvoir passé en glissant. Il sauta sur ses ennemis grâce à son agilité et prendre un maximum de vitesse et glisse sur ses genoux tout en abaissant son dos vers le sol tout en faisant attention à ne pas blesser son fils et réussi à sortir. Les portes se renferment quelques secondes après être sorti. Pris de colère et de tristesse, Lissandra éradiqua tout ses incapables de serviteurs en déversant une zone de glace dans toute la forteresse. Avec le cœur brisé, Lissandra resta enfermer derrière ses barrières avec les veilleurs. Quelques jours plus tard, Lorhndon a bien continué son chemin avec son fils, tout en ayant le privilège de s’arrêter dans certains villages, pour se nourrir lui et son fils. Bonne nouvelle son enfant n’avait pas l’air de craindre le froid. Peut-être qu’il a hérité des pouvoirs de sa mère ? Ce qui était sûr, c’est que tant que le cœur du fils de Lissandra battait, elle n’arrêtera jamais de le chercher en envoyant ses serviteurs. Lorhndon décide donc, de prendre une décision, une décision qui devra le faire marcher encore 2 jours. Lorhdon grimpa la plus grande montagne de Freljord, l’Insaruht, pour y laisser son fils. Il arriva comme prévu sur le plus haut point de la montagne Insaruht. Il regarda son fils et le posa par terre sur un nid de neige. « Si je fais ça... C’est pour ne pas que tu es à vivre dans un monde qui va être brisé. Je te souhaite de grandir dans un autre monde... Gabriel. Fils de Lissandra et Lorhdon... Tu as les cheveux de ta mère... Blanc comme neige. Je t’aime, mon fils. » il se pencha vers son fils Gabriel et lui décrocha un baiser sur le front. Il entend ses petits cris de bébé joyeux, comme s'il était content du prénom qui lui a été choisi. Un nom qu’il n’aurait pas dû à avoir avant ses 1 an comme le veulent les traditions. Lorhndon se leva et regarde une dernière fois le sourire de son fils avant de se retourner et de laisser derrière lui une femme qui avait maudit les terres de ce monde dû à son chagrin, et un nourrisson, qui demandait seulement qu'on l'aime. Seul, Gabriel regarda le soleil qui brilla en face de lui. Quelques instants plus tard, une chose d’étrange se passa. Une ombre en forme d'oiseau survole Gabriel. Un oiseau de glace légendaire dans toute sa splendeur. Dans sa volée, l'oiseau de glace décrocha un flocon de neige enchanté, qui tomba tout droit des cieux et se pose sur le front de Gabriel. Une glace d’une couleur pure se mit à entourer le jeune nourrisson et l’enferme. Des années, voir des siècles passèrent. Et l’enfant Gabriel resta enfermé dans sa glace à attendre qu'on le réveille. **BIOGRAPHIE : GABRIEL : L'élu d'un monde.** Un beau jour, un homme mystérieux arriva à l’endroit où sommeil durant des siècles Gabriel, un homme d’une couleur atypique et des runes dessiner sur lui suivit d’un gigantesque parchemin et d’un livre. Il touche la glace de sa main et l’a fait fondre sans effort. Une fois la glace complètement fondu, on y aperçoit un bébé sans égratignure, on y entend même des pleurs, comme si l’enfant venait de renaître une deuxième fois sur ce monde. Surpris, l’homme mystérieux prit l’enfant dans ses bras. « C’est donc toi l’enfant qui pleure dans mes rêves depuis maintenant quelques années. Tu attendais que je te libère ? Voyons ce que tu as à me dire ». L’homme mystérieux pratique une magie ancienne et jamais vu pour remonter l’histoire de l’enfant et de sa provenance. « Hmm... Intéressant... Le monde a donc peut-être une chance d’être sauvé. Et je crois bien que tu en sauras la cause. » L’homme prit l’enfant et l’emmène en quelques secondes grâce à un sortilège, à un village qui se nomme Naljaäg, un village oublié par les dieux de ce monde. Il y examina les alentours et commença à réfléchir à quel habitant, il pourrait confier ce bébé. L’analyse dura 10 minutes, jusqu’à que l’homme remarqua une femme plutôt âgée, mais qui avait encore la force d’une jeune femme. Elle vivait seule et détestait tout le monde. Elle n’a jamais connu l’attachement à un être, dû au fait qu’elle soit elle-même orpheline. L’homme attendit la tombée de la nuit pour lui déposer Gabriel à sa porte. En attendant ce moment, il prépara un carnet, pour que la femme sache tout ce qu’il y a à savoir sur cet enfant. L'obscurité arriva sur Freljord, la personne qui avait à sa garde Gabriel, le déposa délicatement devant la porte de la femme qui devra s'en occuper. Suivit du petit carnet expliquant l'existence de ce petit être. Il tapa à la porte de la femme et partit à l'aide sa magie aussi rapidement qu'il était venu. La femme ouvra la porte et ne vit personne, elle sentait juste des vibration chaude au milieu d'un air glacial. Elle abaissa la tête et remarqua un enfant et un petit carnet à la main qu'il était en train d'essayer de mettre à sa bouche. Elle prit l'enfant dans ses bras et ouvra la première page du carnet. Il était écrit sur les premières lignes "mon nom est Gabriel et j'ai besoin de votre aide". La femme dans l'incompréhension totale, ferma la porte et met au chaud l'enfant. Une vingtaine d'années passèrent et le petit Gabriel n'était plus aussi petit. "Debout Gabriel, tu dois aller acheter le pain". Dit Naritha, sa mère adoptive. "Oooh..., j'arrive, je m'habille". D'un air de fatigue répondit Gabriel. En effet Gabriel avait bien grandi, il était grand, maigrichon, mais on pouvait tout de même apercevoir quelques traits de musculature dessiner sur son corps. Il a les cheveux si blanc, qu'on pourrait les confondre à de la neige. Accompagné des yeux d'une couleur bleu cristallisée, avec un léger côté glacé qui illumine la couleur de ses yeux. Un visage fin, avec un teint blanc sans aucune imperfection. En revanche, il avait un style vestimentaire tout opposé à son visage. De longues bottes noirs, avec un léger talon, un jean noir très serré sur ses chevilles et ses jambes, un haut noir de tout ce qui a de plus banale et pour finir un long gilet en soie très fin, qui tomba vers l'arrière de ses mollets, de couleur noir et accompagné d'une capuche sur le haut du gilet. C'était son style. "Je suis prêt ! J'ai besoin de quelques pièces d'or". Cria Gabriel à Naritha. "Je te ramène ça". Répliqua Naritha. En attendant, Gabriel s'assoit sur une chaise près de la table à manger et essaya comme tous les autres jours, de glacer le verre en face de lui. Car en effet, Naritha lui avait expliqué sa présence ici et qui il est vraiment, quand il était en âge de comprendre. Depuis, Gabriel essaye tant bien que mal de déclencher ce pouvoir. "Encore entrain d'essayer de glacer ce pauvre verre ?". Dit Naritha. "Ouai... Mais bon, toujours rien. Je commence à me dire, que tout ça est une mise en scène et que ce "Ryze", qui a signé mon petit carnet n'était qu'un ivrogne. Il n'y a rien de magique en moi et encore moins l'âme d'un "Héros". S'exclama Gabriel d'un ton agacé. "Je refuse que tu te dénigres de cette manière. Il te faut peut-être un peu plus de temps pour que ta magie qui sommeille en toi ce réveil. Moi, je fais confiance à ce "Ryze" comme tu dis. Sinon, comment expliquerais-tu le fais que tu ne crains pas le froid, hein ? Regarde ta manière de t'habiller et ceux des autres qui s'arrache les poils de sanglier pour ce faire des manteaux ! Et puis..." Naritha fut interrompu par sa toux, car en effet Naritha ce fait de plus en plus vielle, le temps commence à être compté pour elle. "Ta toux est de retour..." Dit Gabriel. "Tu devrais t'allonger, je vais chercher le pain." Gabriel sort de la maison contrarié. Contrarié de toujours ne rien sentir pour ce qui est de son pouvoir, mais aussi contrarié de voir Naritha vieillir et son état se détériorer. Il enfila sa capuche et marcha de cinq bonnes minutes, il n'y avait pas grand monde dans le village Naljaäg, tellement peu de personne que Gabriel n'avait que quelques connaissances. Tout était calme, jusqu'au moment où Gabriel reçoit une boule-de-neige en pleine tête derrière lui. "Et le maigrichon, où tu vas comme ça. Et puis, t'as pas froid habiller comme ça ?" Gabriel se retourna tout en ayant une douleur à la tête et vit trois brutes plutôt bien musclées. Ils n'étaient probablement pas du village, juste des passants. Gabriel se retourna sans leur porter d'attention et remit sa capuche. Jusqu'à qu'une deuxième personne court vers Gabriel et le tire par-derrière et le fait tomber par terre. "Je crois que t'as pas trop compris, on te pose une question le blondinet." Gabriel se releva, remis sa capuche et continua à marcher sans prêter attention aux trois individus. "Il se moque de nous ?" Offensée, une des trois brutes attrapa Gabriel par-derrière et la plaqua au sol, tandis que les deux autres lui donnèrent quelques coups au visage et sur le corps. Après quelques instants, les trois brutes se relevèrent. "Alors mon petit blondinet, tu n'as pas des pièces d'or sur toi ?". Les brutes fouillèrent Gabriel et trouvèrent une petite bourse d'or dans la poche avant de Gabriel, une bourse qui devait servir à acheter le pain. "Bon ça fera l'affaire, ta famille d'avoir honte d'avoir un fils aussi faible que toi, rentre bien le blondinet". Gabriel se releva du sol avec difficulté, son visage était en sang, il avait des bleus sur le corps. "Rendez-moi cet argent." D'une voix fébrile dit Gabriel. "Ahaha, c'est toi qui va nous les reprendre peut-être ? Tu ne tiens pas debout !". Répondit une brute. Agacée de cette situation, une des brutes décida de courir à toute vitesse pour plaquer au sol Gabriel. Ce dernier prit le coup en plein fouet. "Retourne chez toi gamin" dit une brute. Les trois individus se retournèrent et reprirent leur marche. Gabriel en larme sur ce qui se passe, sent une colère monter en lui. Il se releva avec encore plus de difficulté que la première fois. "Rendez-moi cette bourse j'ai dit !" Cria Gabriel. "Bon les mecs, y en a un qui veut être cogné.". Les trois brutes remarchèrent vers Gabriel, ce dernier tellement en colère, dégage une vague de chaleur autour de lui, qui créer de la fumée avec la cohésion du froid. Une brute arriva à la porté de Gabriel et essaye de le frapper. Gabriel esquiva avec une agilité hors pair et contre-attaque avec un coup de pied qui n'égratigne même pas son adversaire. "C'est tout ce que t'as le maigrichon ?" Suite à ça Gabriel avait baisser sa garde et ce prix un coup par-derrière d'une autre brute. Il retomba au sol, mais cette fois-ci, il se passa quelque chose d'étrange. Une aura entouré Gabriel, il se releva en ayant le sentiment d'être plus puissant que d'habitude. On pouvait apercevoir sous ses yeux des marques du givre sous forme de piques. Gabriel tend la main devant lui et forma par une raison obscure quatre gigantesques piques de glace à pointe, surpris de ce qui était en train de se passer, Gabriel se re concentra et jeta d'un coup brusque un pique de glace sur l'une des brutes qui l'a prend en plein fouet et qui l'assomme. Une deuxième brute court sur Gabriel à toute vitesse et se prépare à le cogner, Gabriel esquiva sans difficulté et durant son esquive laisse une traînée de neige chaude qui explose au contact du froid et qui propulse la brute dans les airs. Il ne restait plus qu'une brute, sous le choc de ce qui se passer, ce dernier implora à Gabriel de ne pas lui faire de mal. Gabriel n'était pas du même avis, il prépara un pique, et s'apprêter à la lancer jusqu'au moment : "Gabriel, arrête !" Une voix d'un homme raisonna dans sa tête, le pique de glace s'est arrêté entre les deux yeux de la brute et se met à fondre dans la neige. Sous le choc la brute s'enfuit en courant et sur l'action fit tomber la bourse de pièces d'or de Gabriel. L'aura qui entouré Gabriel disparaît au fur et à mesure tout comme les marques sous ses yeux. Gabriel reprit la bourse par terre et repart en courant chez lui. Après un moment sans avoir arrêté de courir, Gabriel arrive chez lui. "Naritha ! Tu ne croiras jamais ce qui m'est arrivé !" Gabriel, essoufflé de sa longue course, s'assoit sur une chaise. "Oh mon dieu Gabriel, tu saignes ! Laisse moi voir !" "Non, non, attends Naritha, ce n'est pas le plus important. Mes pouvoirs sont apparus ! Une bande de brutes m'est tombé dessus et c'est à ce moment-là qu'ils se sont manifestés. J'ai fait un tas de choses que je ne pourrais même pas t'expliquer !" Naritha s'assoit essayant de trouver les mots. "C'est... C'est bien" dit d'un ton triste Naritha. "Qu'est-ce qu'il y a ? Tu n'es pas contente pour moi ? Peut-être que je te fais peur maintenant, ho non, je n'aurais jamais dû te le di..." Naritha coupa Gabriel dans son élan. "Non, non, ce n'est rien de tout ça. C'est juste que tu ne sais pas tout. Le carnet que ce "Ryze" m'a laissé, tu ne l'as pas lu en entier, parce que j'ai volontairement retiré une page..." Dit Naritha. "Pourquoi donc ?" Demanda Gabriel. "Parce que cette page disait que le jour où tes pouvoirs se manifesteront, tu devras partir accomplir ta mission. J'avais peur que ce jour arrive, alors je me suis dit que si tu ne prenais pas connaissance de cette partie, tu aurais peut-être eu moins envie que tes pouvoirs se manifestent plus rapidement. Ce qui a été totalement le contraire d'ailleurs." "Qu'elle mission Naritha ?" "Je n'en sais rien, je sais juste que tu vas devoir très bientôt prendre ton envol." Répliqua Naritha. Gabriel arrêta de parler un instant, pendant que Naritha épongé son visage à l'aide d'une serviette. "Mais... Mais je n'ai pas envie de partir moi, je veux rester avec toi !" Dit Gabriel d'une voix triste. Naritha recommença à tousser pendant quelques secondes. "Moi aussi, je veux que tu restes avec moi Gabriel... Mais ce n'est pas la vie que je veux pour toi. Si à en croire Ryze et tes origines, tu as un grand rôle à jouer dans ce monde. Et puis, je me fais vieille Gabriel. Tu partiras tôt ou tard. Je n'étais qu'un pion dans ta vie, je devais seulement t'élever et te fournir un toit. Toi en revanche, tu as un monde à soigner, une destinée à accomplir et surtout un continent à réunir. "Tu penses que je suis comme Lissandra ?" Demanda Gabriel. "Tu n'as rien d'elle, n'en doute jamais. Le Gabriel que je connais est un homme bon, ta mère s'est laissé corrompre par la puissance de sa magie. Toi, tu vivras une autre vie qu'elle." "Et si un jour, je la vois ?" Dit Gabriel d'une voix paniquée. "Dit lui alors que cette sorcière maléfique n'a qu'à bien aller se faire voir, car à cause d'elle, tu as le poids d'un monde sur ton dos." Naritha finit d'éponger le sang du visage de Gabriel. "On reparlera de tout ça demain matin quand tu auras repris des forces." Dit Naritha. Le lendemain matin arriva, Gabriel avait guéri de ses blessures à une vitesse hallucinante. Naritha l'attendait sur une chaise près du feu de la cheminer. "J'ai fait ton sac, j'ai mis tout ce que tu auras besoin jusqu'à que tu rejoignes un autre village. Quand je pense que mon bébé qui n'est plus un bébé va devoir partir..." Dit-elle en ayant un pincement au cœur. "Je suis vraiment obligé de partir... ?" "Oui, tu le dois ! Des gens sont probablement en train de souffrir à cause des fissures qu'a ce monde ! Tu en as le pouvoir et le devoir de reboucher ces fissures !" Répond Naritha. "Tu vas énormément me manquer Naritha..." "Toi aussi mon enfant. Tu as réussi à donner sens à ma vie Gabriel, des gens attendent que toi aussi, tu leur donnes se sens là. Part et ne regarde jamais derrière toi, car sinon tu ne pourras jamais voir toutes les bonnes choses que tu produis devant toi." Gabriel prit son sac soigneusement préparé par Nartiha et se prépare à quitter la maison. S'en suit d'un grand câlin et quelques larmes qui coulent chez les deux individus. Gabriel franchit la porte de la maison. "Puisse Freljord te protéger Gabriel !" Cria Naritha pour que Gabriel l'entende. Gabriel s'apprêta à quitter son village, qu'il aperçut les trois brutes d'hier accompagnés de deux autres personnes en plus. Gabriel met sa capuche et passa devant eux, sans un mot. "Et toi là ! Tu vas payer de ta vie de ce que tu nou...", cinq flocons de neige, c'était abattu sur leur tête et une glace commença à se créer autours de leurs corps. Des cris de douleur s'en suivent jusqu'à que la glace les enfermes complétement et les endormes. Gabriel continua d'avancer sans même voir ce qui se passait. **"Ne jamais regarder derrière soi, je m'en rappellerai, je te le promets Naritha."** ** EDIT ! : LES CHANGEMENTS ONT ETE FAIT SUR LE SERVEUR NA, JE VOUS LAISSE DONC ALLEZ LIRE LES SORTS ET AUTRES DIRECTEMENT LA-BAS. Link : https://boards.na.leagueoflegends.com/en/c/skin-champion-concepts/ZEaExBdH-gabriel-child-of-an-angry-land** Merci de m'avoir lu, désolé des fautes et n'oubliez pas de laisser vos avis en bas ! Kiss.
Partager
Signalé comme :
Offensant Spam Harcèlement Forum incorrect
annuler